Dounia Batma implore la grâce royale : Détails sur l’affaire « Hamza Mon BB » et une demande de justice

Partager

La chanteuse marocaine, Dounia Batma, a fait une apparition en direct sur son compte Instagram pour parler pour la première fois des détails de l’affaire « Hamza Mon BB », qui a secoué l’opinion publique marocaine à la fin de l’année 2019, la condamnant ainsi à une peine de prison ferme.

Batma a exprimé sa gratitude envers la justice marocaine, soulignant qu’elle et sa sœur, Ibtissam Batma, ont été acquittées de toutes les accusations liées à « Hamza Monbb » après qu’il a été prouvé qu’elles n’avaient aucun lien avec lui et n’avaient jamais interféré dans ses affaires. De plus, elles n’avaient pas le mot de passe secret selon l’expertise effectuée sur leurs téléphones.

Elle a déclaré que la tempête entourant cette affaire était le résultat d’un complot élaboré à 100%, basé sur des images falsifiées, avec des chaînes YouTube incitant à la diffamation contre elle en échange d’une somme d’argent. Elle a révélé avoir été victime d’injustice, de harcèlement, d’insultes, de diffamation, et de calomnie, mais elle est restée silencieuse, ne voulant pas perturber le déroulement de l’affaire.

Pour la première fois, elle a répondu aux déclarations de l’artiste Saida Charaf, en présentant des documents du procès-verbal de la police nationale indiquant que cette dernière avait porté plainte contre elle et sa sœur pour l’avoir attaquée via le compte controversé en raison de ne pas avoir été invitées à son fiançailles. Elle a souligné que son ex-mari, que le public considérait comme son soutien pendant cette crise, faisait partie du complot contre elle, révélant qu’il divulguait toutes ses informations privées. Elle a ajouté qu’elle avait été condamnée par faux témoignage et non sur des preuves tangibles.

Batma a conclu en adressant une lettre au roi Mohammed VI, demandant une grâce royale en tant que citoyenne marocaine qui a été victime de ce qu’elle a décrit comme « l’injustice » et le « complot » depuis plus de quatre ans après avoir été impliquée dans cette affaire.

(Visité 274 fois, 1 aujourd'hui)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !!