3 conseils pour bien choisir ses pièces d’or

L’or est l’actif le plus intéressant de diversification et de protection de son épargne personnelle. Il prend davantage de valeur en période de crise, comparativement à d’autres pièces qui chutent. Cependant, toutes les pièces d’or ne se valent pas, et donc ne constituent pas toutes les bons investissements. Chacune d’elles présente des avantages propres à l’achat comme à la revente. Découvrez ici 3 conseils à suivre pour bien choisir ses pièces d’or !

Privilégier les pièces d’or à fort potentiel:

Au nombre des pièces d’or d’investissement, optez pour celles qui présentent un fort potentiel de croissance. Ce sont des pièces qui disposent d’un différentiel de prime ou d’une marge de croissance importante lors d’une période d’instabilité économique. Pour tout achat pièces d’or Paris 10 ème, vous pouvez choisir le 10 francs Napoléon. Cette pièce dont la prime de fond est généralement fixée entre 5 et 15 % a grimpé entre 80 et 100 % en période de crise économique en 2008.De plus, vous pouvez investir dans les pièces de collection qui garantissent un intérêt certain suivant le placement. Le Napoléon 100 francs Napoléon III Tête laurée en qualité splendide (SPL), le demi-Napoléon 10 francs Napoléon III Tête nue en petit module et la 100 francs Bazor sont autant de millésimes refondus en masse. Ils sont prisés par les investisseurs et collectionneurs en raison de leur fort potentiel.

Opter pour les meilleurs produits en or à revendre

Grâce à la prime de fond, vous pouvez faire une plus-value intéressante sur la revente d’une pièce d’or d’investissement. Pour ce faire, vous devez d’abord privilégier l’achat de bons produits à bon prix. La fiscalité peut varier selon les produits dès la revente. L’Union européenne a fait d’ailleurs la distinction entre les pièces dédiées « métaux précieux » et les pièces à cours légal.

Il existe deux options pour revendre les pièces démonétisées à cours légal à l’instar des Liberty Américaines et le Napoléon. Il s’agit de :

  • Versement d’une taxe forfaitaire sur le prix de revente : cette taxe est fixée à 11,5 % depuis le 1er janvier 2018 ;
  • Paiement d’une taxe sur les plus-values de 36,2 % : ici, l’abattement dégressif est de 5 % après 2 années de détention. Aucune taxe n’est prélevée au-delà de 22 ans de détention.

La collection de la taxe est effectuée par le professionnel sollicité pour revendre vos pièces. Pour une revente hors de l’Union européenne, l’imposition est fixée à 36,2 %. Elle est également dégressive. Dans ces genres de transactions, il ne tient qu’au vendeur de faire sa déclaration et de verser l’impôt à l’État français. Si vous opérez la revente de vos pièces à cours légal (Eagle, Krugerrand, Maple Leaf) en et hors de l’Union européenne, vous paierez une taxe sur les plus-values de 376,2 % sur toute revente qui dépasse 5000 euros. Aucune taxe n’est prélevée sur les transactions qui sont inférieures à 5000 euros.

Choisir les jetons rentables

À l’origine, il faut reconnaitre qu’un jeton permet de compter. Cependant, certains jetons sont assimilables aux produits d’investissements à cause de leur pureté, de leur design, mais aussi du manque de valeur faciale légale. Dans ce sens, on peut citer :

  • Le 50 pesos mexicain ;
  • Le Goldhans suisse ;
  • La Vera Française ;
  • La Vreneli 1935 L Suisse.

Bien que ces jetons soient semblables aux pièces, ils sont rangés dans la catégorie des bijoux au cours de la revente. À ce niveau, vous aurez à choisir entre la taxation dégressive sur les plus-values et une taxe fixe de 6,5% sur la valeur de votre vente.

(Visité 27 fois, 1 aujourd'hui)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *